Italie: l’affaire du navire humanitaire Open Arms sur fond de crise institutionnelle

Aux portes de l’île de Lampedusa, 147 migrants se trouvent sur le navire humanitaire Open Arms.
Aux portes de l’île de Lampedusa, 147 migrants se trouvent sur le navire humanitaire Open Arms. - Reuters

L’affaire du navire humanitaire espagnol « Open Arms » a jeté un nouveau pavé dans la mare des polémiques. Résumé de l’histoire : après avoir secouru 147 migrants en Méditerranée, le capitaine de l’Open Arms demande l’autorisation de débarquer ses passagers sur la petite île sicilienne de Lampedusa, le port le plus proche. Comme dans les scénarios précédents, Matteo Salvini, qui a signé début août un décret interdisant l’accès aux eaux territoriales aux navires des ONG, en s’appuyant sur l’adoption du décret sécurité, refuse d’accorder cette autorisation. L’organisation humanitaire espagnole saisit la justice italienne et un tribunal administratif suspend le décret de Matteo Salvini. Le navire fait route sur Lampedusa tandis que Matteo Salvini signe d’une main rageuse un deuxième décret destiné à empêcher le transit, l’entrée et l’arrêt dans les eaux territoriales de l’Open Arms. La ministre de la Défense italienne, Elisabetta Trenta, refuse de contresigner.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct