Le scandale menace l’agence Onusida de disparition

Michel Sidibé a toujours nié les faits.
Michel Sidibé a toujours nié les faits. - Bruno DALIMONTE

L’arrivée, ce 15 août, d’une femme à la tête de l’Onusida aurait dû être une simple bonne nouvelle. C’est que Winnie Byanyima, spécialisée en génie mécanique et en aéronautique (c’est aussi un symbole) était directrice exécutive d’Oxfam International depuis 2013 et avait auparavant été pendant sept ans directrice du programme Genre et développement du Programme des Nations unies pour le développement. Mais elle devra non seulement lutter contre le sida dans le monde, mais surtout contre l’état de délitement profond que connaît l’agence spécialement créée en 1994 contre cette pandémie mondiale.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct