La trace éblouissante des fantômes

«
Nous sentons une absence d’avenir parce que le présent est devenu trop envahissant, et donc l’avenir inimaginable.
»
« Nous sentons une absence d’avenir parce que le présent est devenu trop envahissant, et donc l’avenir inimaginable. » - Diego Berruecos.

Des milliers d’enfants sud-américains, venus du Honduras, du Guatemala, du Salvador, tentent chaque année de franchir le mur frontière qui les sépare des États-Unis, tentant de rejoindre un père, une mère, une tante, un oncle. Ils voyagent sur les toits des trains, puis dans le désert, des numéros de téléphone courus sur leur chemise ou leur robe, fuyant la misère, la pauvreté et la violence des gangs.

Valeria Luiselli les connaît bien ces enfants : elle a servi d’interprète aux mineurs auprès du tribunal de l’immigration de New York – elle est née au Mexique. Pour les autorités judiciaires, ce sont des dossiers, pour elle ce sont des êtres humains. Des enfants perdus. « Des enfants qui ont perdu le droit à l’enfance. »

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct