Lettre d’Europe: le «Vieux Monde» a encore son mot à dire, non?

Face à une stratégie chinoise impitoyable et les aléas de la politique Trump, la politique économique européenne doit montrer l’unité et être axée sur le renouveau industriel.
Face à une stratégie chinoise impitoyable et les aléas de la politique Trump, la politique économique européenne doit montrer l’unité et être axée sur le renouveau industriel. - Photo News

L’Union européenne est à cran. Elle émerge à peine de dix ans de crise et de croissance larvée et fait face à un ralentissement économique. Les Européens regardent, médusés, le bras de fer commercial entre Washington et Pékin – et le chaud et froid que souffle l’hôte de la Maison-Blanche. Voilà qui ne fait pas notre affaire. Logique. Tout ce qui peut entraver la croissance du commerce international est perçu, de ce côté-ci de l’Atlantique, comme une (autre) menace quasi-existentielle, qui s’ajoute à la perspective d’un Brexit sans accord et d’élections anticipées en Italie, qui pourraient donner les « pleins pouvoirs » à la Ligue et à son patron Matteo Salvini.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct