Ecolo: pourquoi il fut difficile pour Jean-Marc Nollet de trouver une colistière

La personnalité forte de Jean-Marc Nollet a freiné certaines. Et succéder à la coprésidence réussie de Zakia Khattabi n’est pas simple non plus.
La personnalité forte de Jean-Marc Nollet a freiné certaines. Et succéder à la coprésidence réussie de Zakia Khattabi n’est pas simple non plus. - BELGA.

La piste de Rajae Maouane comme colistière de Jean-Marc Nollet pour la candidature à la coprésidence d’Ecolo semble se confirmer. Rien n’est encore officiel, mais le nom de la députée bruxelloise et coprésidente de la régionale bruxelloise du parti, déjà cité en début de mois (« Le Soir » du 2 août), se détache à quatre jours du dépôt des duos de candidats, en vue de l’élection interne le 15 septembre.

Le moins que l’on puisse écrire, est qu’il n’a pas été simple pour Jean-Marc Nollet de trouver une coéquipière. Quelques candidates ont été approchées ou du moins se trouvaient sur une short list. Ainsi, Caroline Lhoir, première échevine à Woluwe-Saint-Pierre, a été envisagée mais n’était pas intéressée, ne voulant pas renoncer à son échevinat. Barbara de Radiguès, députée régionale, était aussi sur la liste potentielle, mais ne sera pas candidate. Sa collègue Marie Lecocq a également décliné, préférant conserver son mandat. Tout comme l’échevine saint-gilloise Catherine Morenville.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct