Négociations gouvernementales: l’appel des patrons flamands laisse les Wallons interdits

Selon Olivier de Wasseige, le patron de l’Union wallonne des entreprises (UWE), parmi les mesures mises en avant par ce consortium, «
aucune ne fait l’unanimité
».
Selon Olivier de Wasseige, le patron de l’Union wallonne des entreprises (UWE), parmi les mesures mises en avant par ce consortium, « aucune ne fait l’unanimité ». - Bruno Dalimonte.

Lappel de cinquante patrons flamands au(x) gouvernement(s), mardi matin dans le Tijd, a trouvé un écho plus que nuancé au sud du pays. Initié notamment par l’ex-PDG de Dexia, Karel De Boeck, et de Cardoen, Karel Cardoen, la lettre ouverte prône une trentaine de conseils de la fiscalité, à la mobilité, en passant par la lutte contre la drogue. Les cinquante signataires, dont Philippe Haspeslagh (Ardo), Vic Swerts (Soudal), Jan De Clerck (Domo) et Bernard Filliers (Filliers), mais également des architectes, des bureaux d’avocats, etc, préconisent entre autres une remise à plat de la fiscalité, avec l’introduction d’une « flat tax » de 20% (travail, dividendes, …) ou d’une taxe sur les énergies fossiles.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct