La suédoise, hyperactive sur le dossier migratoire

La personnalité de Theo Francken a pesé. On le dit désireux de marquer de sa patte la politique migratoire. A l’inverse, sa prédécesseure (et successeure) Maggie De Block est réputé agir en fonction des demandes et besoins de l’administration.
La personnalité de Theo Francken a pesé. On le dit désireux de marquer de sa patte la politique migratoire. A l’inverse, sa prédécesseure (et successeure) Maggie De Block est réputé agir en fonction des demandes et besoins de l’administration. - BELGA.

Attendez ! Vous voulez l’analyse de quel projet de loi exactement ? Parce que là on n’arrive plus à suivre, ça n’arrête pas ». 2016, 2017, même refrain. Les juristes spécialisés dans le droit migratoire ont connu quelques nuits blanches sous Theo Francken, un secrétaire d’Etat réputé légiférer à tout va – et tant que possible dans l’urgence. Impression faussée par une communication incessante ou réelle hyperactivité ? D’après le recensement des lois adoptées en Commission intérieur – passage obligé pour la quasi-totalité des textes concernant la migration – l’idée d’hyperactivité est plus que fondée : 24 textes relatifs à la migration ont été approuvés sous l’ère Michel, contre 18 au cours de la législature précédente. Un écart qui se creuse si l’on se concentre sur le nombre d’articles créés ou modifiés par les textes : 367 contre 179.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct