L’inexorable disparition des choses

Les calatheas de Christian Carez meurent à petit feu...
Les calatheas de Christian Carez meurent à petit feu... - Christian Carez

Au cœur du parcours, le Centre de la gravure et de l’image imprimée est le lieu d’où l’on peut rayonner le plus aisément. En quelques minutes, on rejoint le château Gilson, la maison du tourisme, le Centre Daily-Bul & Cº et le Mill.

Mais c’est aussi et surtout le lieu qui propose l’exposition la plus vaste et la plus riche. Une trentaine d’artistes sont rassemblés ici pour explorer cette question qui hante l’homme depuis toujours : le passage du temps.

Parmi les propositions les plus fortes, on retient celle d’Edouard Boyer qui, détournant un logiciel utilisé par la police scientifique, livre une série d’autoportraits fictifs à différents stades de la vie.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct