Congo: la composition du gouvernement est un parcours d’obstacles

Félix Tshisekedi et son prédécesseur Joseph Kabila
: une transition pacifique.
Félix Tshisekedi et son prédécesseur Joseph Kabila : une transition pacifique. - reuters

Près de huit mois après les élections présidentielle, législatives et provinciales, la sortie du nouveau gouvernement congolais n’est plus qu’une question d’heures.

C’est ce qu’a répété le président Tshisekedi à son arrivée en Angola, en précisant que le Premier ministre Sylvestre Ilunga Ilunkamba devait lui apporter ce jeudi la dernière mouture du futur gouvernement, les « derniers réglages » étant désormais terminés.

Si l’« accouchement » d’une équipe de 65 ministres a été aussi lent, c’est parce qu’il a fallu à la fois respecter les rapports de force découlant du résultat des élections et conforter la légitimité du nouveau chef de l’Etat.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct