Ocean Viking: les coulisses des négociations des débarquements

Parmi les 356 passagers, 103 mineurs. En raison du surnombre, «
beaucoup doivent dormir à même le sol, serrés
», explique Laura Garel, de SOS Méditerranée.
Parmi les 356 passagers, 103 mineurs. En raison du surnombre, « beaucoup doivent dormir à même le sol, serrés », explique Laura Garel, de SOS Méditerranée. - EPA

Les scènes d’embrassades de l’Open Arms, après l’annonce de son autorisation de débarquer à Lampedusa marquent après 19 jours de tension un épilogue éminemment… provisoire. C’est que la question épineuse du débarquement se pose déjà pour un autre bateau, l’Ocean Viking, accueillant 356 rescapés à bord. Le navire, qui a choisi symboliquement de stationner à égale distance entre Malte et l’Italie, attend depuis une semaine qu’on lui attribue un port sûr.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct