G7: Biarritz en état de siège, la ville où on apprend à attendre…

G7: Biarritz en état de siège, la ville où on apprend à attendre…
EPA

On accuse souvent les journalistes d’exagération et peut-être même est-il envisageable que le reproche ne soit pas toujours infondé. Aussi, il y a quelques jours, en annonçant que la ville de Biarritz serait littéralement mise sous cloche pour des raisons de sécurité le week-end du G7, je me demandais si la formule n’était pas un brin excessive. Depuis vendredi et vu d’ici, il faut le reconnaître : la formule était inexacte, Biarritz n’est pas sous cloche, elle est en état de siège.

Ne parlons pas des voitures de police, camionnettes de CRS, gendarmes motorisés omniprésents dans toute la ville ; ne parlons pas de la gare, fermée depuis vendredi soir et qui le restera jusqu’à lundi soir. Au fond, on peut vivre à peu près normalement entouré de policiers et sans prendre le train. Mais quand vous approchez des endroits de réunion – et quand on dit « approcher », cela commence par endroits à un kilomètre de distance – vous entrez dans la zone bleue que personne ne franchit sans badge autour du cou.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct