L’Europe d’aujourd’hui ne peut ignorer qu’elle a surgi des cendres qui recouvraient l’Europe d’après-guerre

Suite à l’épisode «
Open Arms
», où l’Italie de Salvini a brandi l’étendard du refus de «
l’autre
», un vent noir a soufflé depuis la Méditerranée.
Suite à l’épisode « Open Arms », où l’Italie de Salvini a brandi l’étendard du refus de « l’autre », un vent noir a soufflé depuis la Méditerranée. - EPA.

L’Europe nouvelle a déjà commencé à bouger depuis les dernières élections. Ursula von der Leyen a accédé à la présidence de la Commission de manière peu orthodoxe, les candidats proposés au poste n’ayant pas obtenu les appuis nécessaires. Les négociations se sont donc activées de divers côtés et son nom a fini par s’imposer. Pour beaucoup, ce fut un signe de la flexibilité des institutions et de l’aptitude des politiciens expérimentés à trouver des sorties aux impasses, à faire de nécessité vertu. Pour d’autres, ce fut un mauvais signe, les règles du jeu n’ayant pas été suivies, ce qui est toujours une preuve sans équivoque de faiblesse.

Vous désirez lire la suite ?
7,5€/mois pendant 6 mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct