Monique Chemillier-Gendreau: «En démocratie, on court en permanence un risque antidémocratique»

La liberté déborde toujours des institutions
: elle déborde dans la rue, comme à Hong-Kong...
La liberté déborde toujours des institutions : elle déborde dans la rue, comme à Hong-Kong... - Reuters

Les démocraties prennent l’eau. Élections après élections, de plus en plus de citoyens sont tentés par le populisme, l’autoritarisme. Dans Régression de la démocratie et déchaînement de la violence, qui sortira ce 4 septembre chez Textuel, Monique Chemillier-Gendreau, professeur émérite de droit public et de science politique de l’Université Paris-Diderot, analyse la situation et réfléchit à une nouvelle architecture mondiale à même de reprendre l’idée de paix, non pas comme la seule absence de guerre, mais comme la recherche d’une société juste et bonne.

Qu’est-ce qui, selon vous, relie les votes Le Pen, Orban, Salvini, Trump, Brexit ou Vlaams Belang ?…

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct