Plus de réfugiés du Venezuela que de Syrie?

C’était la foule ces derniers jours à la frontière entre la Colombie et l’Equateur
: des milliers de Vénézuéliens voulaient la franchir avant ce 26 août, date à partir de laquelle un visa serait exigé.
C’était la foule ces derniers jours à la frontière entre la Colombie et l’Equateur : des milliers de Vénézuéliens voulaient la franchir avant ce 26 août, date à partir de laquelle un visa serait exigé. - EPA.

Ces dernières semaines, apprenant que l’Équateur exigerait dès ce 26 août qu’ils soient munis d’un visa d’entrée, des dizaines de milliers de Vénézuéliens n’ayant plus de quoi nourrir leurs enfants se sont dépêchés de franchir la frontière équatorienne depuis la Colombie. Car pour avoir un visa, il faut un passeport, sésame qu’il est pratiquement impossible d’obtenir au pays de Nicolas Maduro.

Pourquoi ce rush vers l’Équateur, qui selon un précédent recensement, abritait déjà 265.000 Vénézuéliens ? Parce que la Colombie, qui partage plus de 2.000 kilomètres de frontière avec le Venezuela, en accueille déjà au moins 1,4 million. Qu’il est de plus en plus difficile d’y trouver du travail. Et que le Pérou et le Chili, qui abritent déjà respectivement 770.000 et 400.000 réfugiés, ont précédemment durci les conditions d’entrée dans leur pays.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct