Lucrecia Martel, présidente du jury de la 76e Mostra: «Hollywood a la même logique qu’une pub Benetton»

Habituée des Festivals, Lucrecia Martel a notamment été sélectionnée deux fois en compétition officielle à Cannes, ici en 2008 pour «
La Femme sans tête
» («
La mujer sin cabeza
»).
Habituée des Festivals, Lucrecia Martel a notamment été sélectionnée deux fois en compétition officielle à Cannes, ici en 2008 pour « La Femme sans tête » (« La mujer sin cabeza »). - AFP

C’est un honneur, une responsabilité et un plaisir de participer à cette célébration du cinéma, de l’immense désir de l’humanité de se comprendre elle-même. » Ces mots, ce sont ceux de Lucrecia Martel, présidente du jury de la 76e Mostra qui se tient sur le Lido vénitien du 28 août au 7 septembre. Pas forcément connue du grand public, la réalisatrice argentine est pourtant acclamée par les cinéphiles, qui voient en elle « la Terrence Malick du cinéma latino-américain ». « En un peu moins de vingt ans, (ses films) ont fait de Lucrecia Martel le plus important réalisateur latino-américain et l’un des plus grands au monde », dit d’ailleurs Alberto Barbera, directeur artistique de la Mostra.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct