Ce n’est presque plus de la science-fiction: l’hypertrain qui vole sur un immense coussin de vide

Pour les responsables de Transpod, le modèle n'est pas un transport de masse transportant des centaines de voyageur d'un point A à un point B, mais un transport plus agile, déplaçant des petits groupes de voyageurs au sein d'un réseau.
Pour les responsables de Transpod, le modèle n'est pas un transport de masse transportant des centaines de voyageur d'un point A à un point B, mais un transport plus agile, déplaçant des petits groupes de voyageurs au sein d'un réseau. - TRanspod.

Avouons-le : l’idée de voyager à 6.500 km à l’heure en ne subissant aucune forme d’accélération tout en restant (presque) au sol peut séduire. Une petite heure pour relier New York à Los Angeles, deux pour aller faire les soldes à Manhattan ou un tour du monde en 6 heures. L’idée est simple, voire simplissime : on fait un tube, on met une navette dedans, on fait le (quasi) vide et la poussée initiale donnée est maintenue grâce à des électro-aimants qui maintiennent un espace minimal entre la navette et un rail-guide. A priori, ce train à hyper-vitesse est très écologique face aux autres moyens de transport, puisqu’il est électrique mais demande bien moins d’énergie que nécessaire pour maintenir un avion en l’air ou faire circuler des camions. En outre, il ne fait pas de bruit.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct