Au camp d’Al-Hol, les familles de Daesh vivent sur une poudrière

Al-Hol, le 9 mars dernier
: les familles de Daesh arrivent et s’y entassent...
Al-Hol, le 9 mars dernier : les familles de Daesh arrivent et s’y entassent... - Issam Abdallah/RTR.

Le camp d’Al-Hol, misérable et poussiéreux, se situe aux confins de la Syrie, presque à la frontière irakienne. En territoire kurde. Sous contrôle kurde. Là vivent sur un kilomètre carré et demi environ 69.000 réfugiés arrivés en grande majorité au début de cette année, quand « l’Etat islamique », le « Califat », passait de vie à trépas, terrassé par la coalition aérienne internationale emmenée par les États-Unis et, au sol, par les « Forces démocratiques syriennes » (FDS), à dominante kurde. Les FDS ont interné à Al-Hol toutes les femmes et tous les enfants que les militants de Daesh, tués, emprisonnés ou en fuite, avaient abandonnés. Mais Al-Hol, en six mois, est devenu une angoissante poudrière.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct