Portrait «J’avais un désir d’exécutif»

Portrait «J’avais un désir d’exécutif»
Bruno D’Alimonte

En sirotant son « chose », elle avoue sans détours ce « désir d’exécutif » qu’elle a éprouvé, en octobre, en voyant tous ses compagnons de verdure ceindre des écharpes scabinales ou mayorales. « C’est Yaron Peztat qui nous avait dit aux petits nouveaux, Zakia Khattabi, Alain Maron et moi, qu’à un certain moment, on aurait ce désir d’exécutif », sourit Barbara Trachte. En 2009, elle ne ressent pas ce besoin, c’est son premier mandat, « et en 2014, je ne l’ai pas laissé naître, le contexte n’y était pas ». Mais, au bout de dix ans dans les travées parlementaires, sa conviction est faite, qu’elle énonce avec cette franche lucidité qui est la sienne : « on peut penser que c’est épanouissant d’être parlementaire dans l’opposition, qu’on est 100 % soi-même, qu’on ne doit faire aucun compromis… En réalité, on ne réalise rien et à la longue, c’est déprimant ». Heureusement, il y a Schaerbeek, sa commune depuis toujours, où les Verts sont au pouvoir depuis 2006.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct