Oranges, citrons, mandarines: le dragon jaune, un fléau aux portes de l’Europe

Le psylle africain des agrumes, l’insecte suceur qui transporte le microbe à l’origine de la maladie du dragon jaune.
Le psylle africain des agrumes, l’insecte suceur qui transporte le microbe à l’origine de la maladie du dragon jaune. - Reuters

Les récoltes d’oranges, de citrons et de mandarines sont menacées en Europe. Sans vouloir exagérer. La maladie du dragon jaune, aussi connue sous le nom de « huanglongbing », est due à une bactérie d’origine asiatique, arrivée en Floride (Etats-Unis) en 2005. Au bout de trois ans seulement, elle avait colonisé tout l’Etat. Le microbe est à l’origine de la déformation des fruits, il leur donne de l’amertume, atrophie ses graines et fait jaunir les arbres qui finissent par mourir. Il n’existe pas d’autre remède que celui d’arracher les arbres et de les brûler. Ces dix dernières années, la production d’oranges à jus aux Etats-Unis a diminué de 72 %.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct