Rentrée scolaire: tôt ou tard, le journal de classe se glissera dans votre smartphone

La communication digitale entre enseignants et parents permet de limiter les rencontres à l’école pour des motifs non-essentiels.
La communication digitale entre enseignants et parents permet de limiter les rencontres à l’école pour des motifs non-essentiels. - Belga

Qui n’a pas de smartphone au fond de la poche ou du sac ? Le téléphone connecté a opéré une telle pénétration au sein de la population que (pratiquement) tous les parents et les enseignants en disposent. Et les pré-ados entrant dans le secondaire et ne possédant pas de terminal tactile commencent à faire exception. Du coup, pourquoi l’internet – mobile en l’occurrence – ne s’imposerait-il pas comme moyen de communication privilégié entre l’école, les élèves et leurs papas-mamans ? Et quand pourra-t-on espérer – ou pas – que le journal de classe se digitalise, reléguant sa version papier au bon vieux passé scolaire ?

Que les inconditionnels du fameux carnet de liaison, avec sa liste manuscrite de devoirs et ses avis sur fiches volantes se rassurent : à ce stade, seul le journal de classe papier sert de support officiel à la communication avec les parents et d’attestation des travaux demandés aux écoliers, même si la législation en Fédération Wallonie-Bruxelles reste muette à ce sujet. Et le passage au numérique n’est pas à l’ordre du jour. « A notre connaissance, il n’existe pas de projet en ce sens et nous n’avons pas eu vent d’établissement qui aurait supprimé l’agenda papier pour le tout digital », déclare le cabinet de Marie-Martine Schyns, ministre francophone sortante de l’Education. « Tout au plus existe-t-il des services en ligne, comme ZippSlip, qui facilitent la communication avec les parents mais qui viennent s’ajouter au journal de classe papier. Cela sera peut-être différent d’ici 5 ans… »

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct