Nina Allan, autrice de «La fracture»: «La réalité objective existe-t-elle?»

«
Nous aimons les histoires parce qu’on y reconnaît les drames de la vie quotidienne.
»
« Nous aimons les histoires parce qu’on y reconnaît les drames de la vie quotidienne. » - D. R.

entretien

Nina Allan vit sur l’île de Bute, 6.500 habitants, au large de l’Ecosse, dans l’Atlantique, avec son compagnon, un autre écrivain, Christopher Priest. Lui travaille en sous-sol, avec ses tonnes de documentation. Elle préfère l’étage, d’où elle voit l’océan qui lui apporte de l’espace et de l’énergie. Nina Allan est une écrivaine précieuse. Chacune de ses histoires est ciselée, travaillée et retravaillée. Elle écrit comme un orfèvre polit son ouvrage. Le résultat est stupéfiant. D’imaginaire et de style. Avec son dernier roman, La fracture, elle atteint des sommets d’ingéniosité.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct