A Hong Kong, la stratégie de la peur

A Hong Kong, la stratégie de la peur
EPA

Je n’espère rien du système, mais je crois dans le pouvoir des gens. » Quand nous avions rencontré Joshua Wong début avril à Hong Kong lors de la première manifestation contre la loi d’extradition, il avait confié son espoir de voir la jeunesse se mobiliser à nouveau pour réclamer le droit de Hong Kong à choisir ses dirigeants.

Cinq mois plus tard, le péché originel du gouvernement local, qui avait voulu imposer à la va-vite ce texte législatif mal ficelé, a poussé dans la rue des millions de mécontents. La posture rigide de la cheffe de l’exécutif Carrie Lam, refusant de retirer officiellement ce projet, a rendu impossible tout dialogue et contribué à radicaliser les esprits. Un mouvement spontané, multiforme, mobilisant toutes les générations de façon très majoritairement pacifique, a envahi régulièrement les principales artères de Hong Kong.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct