La Ville enterre son projet de «télépolice» et regarde la Région

Initialement, il était prévu que la police puisse en cas d’urgence avoir accès sur ses écrans aux images de caméras installées dans des commerces.
Initialement, il était prévu que la police puisse en cas d’urgence avoir accès sur ses écrans aux images de caméras installées dans des commerces. - Olivier Polet

Fournir à près de 2.000 commerçants la possibilité de s’abonner à un système de caméras capables, en cas de pépin, de transmettre directement des données à la zone de police, en passant par une centrale d’alarme privée. Telle était initialement l’ambition de l’important projet de télésurveillance (aussi qualifié de “télépolice”) pour lequel un marché public a été lancé en septembre 2017, par la zone Bruxelles Capitale-Ixelles.

Deux ans plus tard, le dossier patine sec. Le Conseil d’Etat vient en effet de lui mettre un sérieux coup d’arrêt.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct