Comment Assad aide à l’agenda politique des frontistes français

Comment Assad aide à l’agenda politique des frontistes français
D.R.

Un petit groupe de politiques assis en cercle, genoux serrés, mains jointes posées sagement sur les cuisses et regards convergents vers celui qui s’exprime. On pourrait croire à une banale réunion gouvernementale. Sauf qu’en y regardant de plus près, le locuteur, loin d’être banal, est Bachar el-Assad. Et la petite dizaine de personnes qui l’écoute religieusement est une délégation du parti d’extrême droite français, le Rassemblement national. Sur le cliché, partagé sur Twitter par Thierry Mariani, eurodéputé et transfuge républicain passé chez Marine Le Pen, s’étale la crème du parti frontiste. Les députés européens Nicolas Bay et Virginie Joron ainsi que le conseiller régional Andréa Kotarac, récent dissident de La France insoumise. La délégation, emmenée par Mariani, ancien ministre des Transports de Nicolas Sarkozy, s’est rendue en Syrie du 27 août au 1er septembre.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct