La tête et les jambes

Sylvain Coher.
Sylvain Coher. - Laurence von der Weid.

Abebe Bikila ou Emil Zatopek : les deux font partie du grand livre des exploits sportifs, et si l’histoire a davantage retenu le nom du second, le premier a inscrit lui aussi son nom en lettres d’or, l’or qu’il a glané aux Jeux Olympiques de 1960 en remportant le marathon de Rome. Au nez et à la barbe de Zatopek, et à la surprise générale, le jeune Ethiopien étant alors inconnu au bataillon. Et ce n’est pas tout : il était aussi le seul, ce jour-là, à courir pieds nus.

On a le décor, on a un personnage, ne manque plus que la durée de l’action, figée elle aussi dans l’éternité : 2 h 15’ et 16 secondes, soit le temps mis par Bikila pour boucler son marathon. Le roman de Sylvain Coher s’inscrit dans ce cadre temporel unique et suit foulée après foulée l’athlète dans son périple victorieux.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct