Le vrai ou faux: les conditions d’octroi des crédits hypothécaires seront-elles plus restrictives?

La BNB a décidé de mettre la pression en écrivant, noir sur blanc, les critères qu’elle souhaite voir les banques respecter quand elles octroient un crédit hypothécaire.
La BNB a décidé de mettre la pression en écrivant, noir sur blanc, les critères qu’elle souhaite voir les banques respecter quand elles octroient un crédit hypothécaire. - Photo News

La Banque nationale de Belgique (BNB) juge que les banques sont trop « souples », sinon laxistes dans l’octroi de crédits hypothécaires, s’agissant de la quotité (le montant du prêt rapporté à la valeur du bien), de la maturité ou du poids du service de la dette (relativement aux revenus de l’emprunteur). Et elle s’apprête à tenter de serrer, une nouvelle fois, la vis.

Cette préoccupation du « gendarme bancaire » – la BNB est chargée, depuis la crise de 2008 de la supervision du secteur – n’est en effet pas neuve.

Il y a deux ans, la BNB avait imposé aux banques la mise en réserve de fonds propres additionnels relativement à leur portefeuille de crédits hypothécaires.

On se souviendra que l’affaire avait suscité quelques remous dans le monde politique – et quelques interpellations parlementaires (puisque c’est le gouvernement qui doit promulguer ce genre de mesures proposées par la Banque).

Dans une première version, la mesure ciblait les crédits plus risqués – en particulier, les prêts à quotité élevée, dont la valeur est supérieure à 80 % de la valeur du bien. La Banque proposa ensuite une seconde version, moins « stigmatisante », qui visaient l’ensemble du portefeuille de crédit hypothécaire des banques

La logique était simple ;

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct