Ores s’allie à nouveau avec le Parc national des Virunga

Trois techniciens du parc Virunga ont été accueillis dans le centre de formation d’Ores à Aye (Marche-en-Famenne). © Bruno Bosilo.
Trois techniciens du parc Virunga ont été accueillis dans le centre de formation d’Ores à Aye (Marche-en-Famenne). © Bruno Bosilo. - Bruno Bosilo.

Depuis quarante ans, le Parc national des Virunga, le plus grand du continent africain, est inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco. Au nom de la conservation de ce patrimoine, la loi interdit donc à la population locale l’accès à ses nombreuses ressources. Tiraillé entre ses richesses naturelles et la pauvreté économique, le parc est parfois perçu comme une injustice sociale. « C’est malheureusement cette dynamique qui mène à l’établissement de groupes armés. Ils trouvent leur origine dans les villages, où demeure un besoin de justice et de protection, là où l’Etat n’est pas en mesure de leur offrir », affirme le prince Emmanuel de Merode, directeur du parc. Trafics illégaux, braconnage et attaques armées y sont monnaie courante.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct