Burkina Faso: L’accès aux soins est de plus en plus complexe, la Croix Rouge tire la sonnette d’alarme

Le nombre de déplacés internes a plus que quintuplé en neuf mois, passant de 50.000 en décembre 2018 à plus de 270.000 en août 2019.
Le nombre de déplacés internes a plus que quintuplé en neuf mois, passant de 50.000 en décembre 2018 à plus de 270.000 en août 2019. - Reuters

A cause de la violence, l’accès aux soins de santé est devenu une gageure dans certaines régions du Burkina Faso. C’est dramatique pour de nombreuses familles, en particulier celles qui comptent des enfants blessés ou malades », estime le président du CICR Peter Maurer, après sa rencontre avec le président burkinabé Roch Marc Christian Kaboré vendredi dernier. C’était juste avant deux nouvelles attaques dans le nord qui ont fait une trentaine de victimes ce week-end.

Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) tire clairement la sonnette d’alarme : « Le nombre de centres de soins de santé affectés par la violence armée a été multiplié par douze depuis janvier. Alors qu’ils n’étaient que dix au début de l’année, ils sont passés à 125 en août : 60 ont fermé leurs portes et 65 ne sont plus que partiellement opérationnels », précise le CICR.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct