Quand «investissements fantômes» riment avec évasion fiscale

La place d’Armes, à Luxembourg.
La place d’Armes, à Luxembourg. - IMAGEGLOBE.

Rendre nos pays toujours plus attractifs pour les entreprises multinationales constitue, surtout en Europe, le principal leitmotiv des gouvernements, quelle que soit leur orientation politique. A ce jeu, le Grand-Duché de Luxembourg sortirait largement gagnant. Selon les statistiques officielles, notre petit voisin accueille autant d’investissements directs étrangers (IDE) que… les Etats-Unis ; et bien plus que la Chine.

Seulement voilà : avec 4.000 milliards de dollars d’IDE pour 600.000 habitants, il y a visiblement quelque chose qui cloche. En effet, il est difficile d’imaginer que des flux de cette ampleur financent réellement des investissements productifs – des usines, de nouvelles chaînes de montage… – dans une économie, certes prospère, mais toute, toute petite.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct