Grand format - Le brutal quotidien des migrantes en transit

Ces moments de vie normale permettent de sortir du mode «
survie
».
Ces moments de vie normale permettent de sortir du mode « survie ». - Christine Rose-Divito

Devant la porte du petit immeuble ixellois, elles sont transies de froid, rincées par la pluie de l’après-midi, la mine fatiguée de nuits sans sommeil. Mais chaleur, douche, vêtements secs et repas chaud valent bien encore un quart d’heure d’attente. Ça fait partie des quelques règles un peu strictes de la « Sister’s house » – on ouvre à 20 heures, pas avant –, le centre d’hébergement pour femmes géré depuis fin 2018 par la Plateforme citoyenne.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct