60% des Belges quitteraient leur emploi si leur voiture de société leur était retirée

60% des Belges quitteraient leur emploi si leur voiture de société leur était retirée

Le Belge semble s’accrocher à la voiture de société : 59 % des salariés déclarent ainsi vouloir changer de travail si l’employeur ne leur en offre plus, à en croire une étude du prestataire en services RH Securex auprès de 1.500 travailleurs publiée mardi. Les alternatives de mobilité à ce système sont en outre trop peu connues. La moitié des salariés qui travaillent à Bruxelles trouvent par ailleurs les trajets domicile-travail pesants.

Ce sont surtout les salariés de moins de 50 ans (66 %, contre 36 % pour ceux au-delà de cet âge) qui manifestent l’intention de changer d’employeur si la voiture de société leur est retirée.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct