Cédric Klapisch: «Je voulais faire la publicité du réel»

« Pour moi, la complicité avec les acteurs est importante.  J’ai besoin de ça. »
« Pour moi, la complicité avec les acteurs est importante. J’ai besoin de ça. » - D.R.

Ses films (Riens du tout, Le péril jeune, L’auberge espagnole, Les poupées russes, Casse-tête chinois, Ma part du gâteau…) ont tous un air de famille. Depuis le début des années 90, Cédric Klapisch fait un cinéma planté dans le réel de la société française. Il y décrit l’air du temps par de menus détails. Phase collégien, étudiant, père de famille, trentenaire solitaire… Il est toujours question d’amour, d’amitié, de famille. En résumé, Klapisch filme ce qui nous lie et nous éloigne les uns des autres au cœur de la société moderne.

Avec « Deux moi », vous faites à nouveau une radiographie de la société moderne à travers deux trentenaires en milieu urbain. Vous parlez de solitude mais c’est un film plutôt optimiste…

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct