Le King des monstres imaginaires

Muschietti
: « On passe constamment de l’enfance à l’âge adulte dans cette histoire, et celle-ci est une parabole sur l’enfance qu’on quitte, ce qui peut être horrible. »
Muschietti : « On passe constamment de l’enfance à l’âge adulte dans cette histoire, et celle-ci est une parabole sur l’enfance qu’on quitte, ce qui peut être horrible. » - Brooke Palmer

Il y a 27 ans, c’est Tim Curry qui se glissait sous le déguisement et le maquillage de Pennywise, le temps d’une série télé en deux parties. Ce n’était alors pas la première fois qu’une œuvre de Stephen King prenait vie à l’écran, mais c’était la première fois qu’on faisait connaissance avec le dévoreur d’enfants ailleurs que dans les pages du roman paru en 1986.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct