Draghi, le dos au mur

Le «
Sauveur de l’euro
» est aujourd’hui critiqué par de nombreux économistes.
Le « Sauveur de l’euro » est aujourd’hui critiqué par de nombreux économistes. - © Reuters.

Jeudi, Mario Draghi, le patron de la Banque centrale européenne (BCE), présidera son avant-dernière réunion du comité des gouverneurs – au 1er novembre, il cédera en effet son poste à la Française Christine Lagarde. Mais voilà : il ne sera pas simplement question de préparer le pot d’adieu pour celui qui, de fait, a permis d’éviter l’implosion de l’union monétaire en jurant, à l’été 2012, de faire « tout ce qu’il faut » pour sauver l’euro. La réunion de cette semaine est à haut risque.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct