L’économie circulaire, un concept vague pour la plupart des sociétés

En recyclant des matériaux de construction pour les réutiliser sur de nouveaux chantiers, la société bruxelloise Rotor s’inscrit déjà dans l’économie circulaire.
En recyclant des matériaux de construction pour les réutiliser sur de nouveaux chantiers, la société bruxelloise Rotor s’inscrit déjà dans l’économie circulaire. - Sylvain Piraux

Et vous, parlez-vous « circulaire » ? A Bruxelles, le terme utilisé pour qualifier les projets d’économie qui reposent sur « une augmentation de l’efficacité de l’utilisation des ressources » – et notamment des déchets, en percevant ceux-ci avant tout comme des ressources – et sur une « diminution de l’impact sur l’environnement », est incarné depuis quelques années par une constellation de petites et moyennes entreprises, dans des domaines variés allant de la confection de matériau de packaging durable et biodégradable à partir des résidus de champignons (Permafungi) à la récupération de matériaux de chantier réutilisés sur des nouveaux projets de construction (Rotor).

Avec 18 occurrences du mot dans sa déclaration de politique régionale, le nouveau gouvernement bruxellois semble en tout cas déterminé à en faire un cheval de bataille dans le cadre de sa future politique économique et environnementale.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct