Sevmi Tharuka Fernando: «Le racisme fait plus de mal à ma mère qu’à moi»

Sevmi Tharuka Fernando: «Le racisme fait plus de mal à ma mère qu’à moi»

Vêtue d’un legging noir et d’un t-shirt turquoise orné d’une broche ronde indiquant le numéro 62, Sevmi Tharuka Fernando se présente à nous avec les cheveux crêpés et attachés. Délicate et dotée d’une élégance toute naturelle, elle affiche un sourire qui illumine tout son visage : « On s’assied ici ? » Au Palais des sports de Jesolo (Venise) qui a accueilli le concours de Miss Italia, l’atmosphère est détendue.

Agée de 20 ans et victime d’attaques en raison de sa couleur de peau, cette jeune femme de Padoue aux origines cingalaises est une sublime représentante de l’Italie multiethnique. « Je ne me suis jamais sentie discriminée, je me sens très italienne. Je suis triste, car toutes ces insultes ont fait souffrir ma mère », explique-t-elle avec douceur.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct