Gouvernement wallon: les associations de défense des droits humains mitigées sur le commerce des armes

Photo d’illustration
Photo d’illustration - AFP

La Coordination nationale d’action pour la paix et la démocratie (CNAPD) et la Ligue des droits humains (LDH) se disent mitigées mercredi sur les dispositions concernant le secteur de l’armement comprises dans l’accord de gouvernement wallon. Si elles saluent des avancées, «pour la première fois depuis longtemps», elles déplorent notamment que les licences d’exportation d’armes en cours ne soient pas suspendues.

«Le simple fait qu’il y ait des avancées est très positif», souligne Manuel Lambert, conseiller juridique auprès de la LDH. «C’est la première fois depuis longtemps.»

Il applaudit le respect du décret wallon de 2012, «ce qui signifie que la Wallonie n’exportera plus vers des pays qui violent le droit humanitaire». Lambert glisse qu’il est toutefois «incroyable» de devoir écrire dans une déclaration de politique régionale qu’un décret va être respecté.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct