sc charleroi – genk (j-1)

Felice Mazzù: «Quel que soit mon futur d’entraîneur, je repasserai toujours par Charleroi»

Felice Mazzù: «Quel que soit mon futur d’entraîneur, je repasserai toujours par Charleroi»
Pierre-Yves Thienpont

D’un Pays Noir à l’autre. En quittant son Charleroi natal pour Genk, Felice Mazzù a peut-être changé de club, de langue, d’habitudes mais pas d’horizon. Entre les puits de mine de Waterschei et de Winterslag, les mêmes piqûres de rappel au quotidien. Que ce soit au cœur du Hainaut ou dans ce Limbourg profond qu’il apprend à connaître, des hommes sont descendus quotidiennement dans les entrailles de la terre pour en extraire le charbon à la force de leurs mains. Et gagner leur pain quotidien. Fils de mineur, le nouvel entraîneur du club champion, se rend chaque jour au stade avec, dans un coin de la tête, cette petite lueur lui rappelant que la réussite ne précède le sacrifice que dans les pages d’un dictionnaire.

Felice Mazzù, un mot sur votre nouvel environnement ? En néerlandais peut-être ?

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
A la une
Tous

En direct

Le direct