Brexit: même sous les bombes, Churchill n’a jamais suspendu le Parlement!

Brexit: même sous les bombes, Churchill n’a jamais suspendu le Parlement!

Quand Boris Johnson annonça qu’il allait suspendre le Parlement britannique durant 5 semaines, du 9 septembre au 14 octobre, afin d’avoir les coudées franches pour s’occuper du Brexit, nombre d’observateurs ont levé les yeux au ciel. Jamais, dans le berceau de la démocratie parlementaire, le pouvoir exécutif n’avait muselé le législatif pour régler un problème, aussi aigu soit-il. Mais à l’instar de son ami Trump, jamais à court d’une énormité lui non plus, Johnson était sérieux.

Coup de force ? En première instance, la justice écossaise rejeta l’action intentée par près de 80 parlementaires proeuropéens pour bloquer la suspension. Mais mercredi, en appel, celle-ci fut jugée illégale. La belle se jouera la semaine prochaine, à Londres, devant la Cour suprême.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct