Comment le casting du gouvernement wallon va bousculer les partis

De gauche à droite, Jean-Luc Crucke (MR), Céline Tellier (Ecolo), Philippe Henri (Ecolo), Elio Di Rupo (PS), Willy Borsus (MR), Christie Morreale (PS), Pierre-Yves Dermagne (PS) et Valérie De Bue (MR).
De gauche à droite, Jean-Luc Crucke (MR), Céline Tellier (Ecolo), Philippe Henri (Ecolo), Elio Di Rupo (PS), Willy Borsus (MR), Christie Morreale (PS), Pierre-Yves Dermagne (PS) et Valérie De Bue (MR). - Photo News.

Prestations de serment, passation de pouvoir à l’Elysette en terrain connu entre Willy Borsus et Elio Di Ripo et exposé de la déclaration de politique régionale devant les députés : la première journée de l’arc-en-ciel wallon s’est déroulée sans encombre ce vendredi 13 à Namur. Les premiers tumultes sont attendus lundi avec le débat sur le projet de la majorité.

Dans l’opposition, le CDH semble privilégier la rigueur dans l’analyse et la modestie dans l’attitude, histoire qu’on ne lui reproche pas d’avoir renoncé à une participation gouvernementale. De son côté, le PTB semble prêt à jouer l’offensive. Sur les réseaux sociaux, le chef de groupe Germain Mugemangango a déjà tiré à boulets rouges sur le nouvel exécutif, dénonçant une parodie de renouveau : « Six ministres wallons sur huit ont déjà exercé ces fonctions. Ils cumulent au total trente années de pratique ministérielle. »

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct