MR: après le casting ministériel, le combat présidentiel

Charles Michel a trouvé un compromis pour le casting ministériel. En sera-t-il de même pour la présidence du MR
?
Charles Michel a trouvé un compromis pour le casting ministériel. En sera-t-il de même pour la présidence du MR ? - Belga.

Il fallait un accord global entre ténors ou candidats ténors réformateurs, pour ne pas raviver au MR des querelles à peine contenues. C’était la (dernière) mission si pas impossible, du moins à risques de Charles Michel, avant son départ pour l’Europe. Tout était dans tout. Voici comment les bleus en sont sortis.

1

Le choix de Willy Borsus, premier domino

C’était le scénario initial imaginé par Charles Michel, et soutenu par bon nombre de dirigeants et membres du parti : lorsque le président quitterait son poste, Willy Borsus pourrait reprendre le flambeau (après élection interne), plusieurs bleus lui ayant apporté leur soutien. En août, la voie semblait tracée pour le toujours ministre-président wallon qui se demandait, lui, s’il pourrait être le numéro 2 d’un gouvernement qu’il a dirigé. Déjà, on sentait poindre cette envie wallonne malgré tout. Mais ce n’est qu’il y a une dizaine de jours que Willy Borsus a fait savoir clairement qu’il souhaitait rester à Namur.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct