Lorenzo Di Maio et la musique du désir

Lorenzo Di Maio dans ses œuvres. Le batteur Antoine Pierre est dans l’ombre.
Lorenzo Di Maio dans ses œuvres. Le batteur Antoine Pierre est dans l’ombre. - Olivier Lestoquoit.

Ce festival Marni Jazz aura été d’une qualité irréprochable et d’une approche originale. Centré cette année sur les guitaristes, il a permis de faire venir le héros de la gratte jazz Kurt Rosenwinkel dans son Standard Trio (c’est ce samedi 14 à 20 h 15 au Marni), mais il a surtout révélé de nouveaux projets de nos meilleurs guitaristes belges. Je vous ai parlé dans de précédents articles de Guillaume Vierset et de son Edges to Edges, qui s’enracine dans le rock progressif, ainsi que d’Alain Pierre et de son chatoyant récital en solo puis avec son complice Etienne Plummer à la percussion. Vendredi soir, Lorenzo Di Maio proposait la première mondiale de son nouveau casting, son trio plus un quatuor à cordes, et ce fut un enchantement.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct