Le parlement bruxellois fait sa rentrée: comment Rachid Madrane veut associer les citoyens au pouvoir législatif

«
Je n’ai pas envie d’avoir une assemblée presse-bouton.
»
« Je n’ai pas envie d’avoir une assemblée presse-bouton. » - Dominique Duchesnes

Rencontre

En ces temps où le PS recycle ses ministres en présidents d’assemblée, Rachid Madrane ne fait pas exception. Après une législature ministérielle à la Fédération Wallonie-Bruxelles, le voilà au perchoir régional, rue du Lombard, « la maison du peuple bruxellois », comme il se plaît à le répéter. Une fonction qu’il entend exercer à temps plein : ce lundi, il démissionne officiellement de son poste d’échevin (empêché) à Etterbeek. « Je veux m’engager à fond dans ce job », plaide-t-il. Parmi ses priorités : « réenchanter et régénérer la démocratie ». Acteur clé dans cette démarche : le citoyen.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct