Amaya Coppens: «Hors des prisons d’Ortega mais pas vraiment libres»

Amaya Coppens est venue en Belgique pour remercier ceux qui l’ont soutenue. Et dénoncer la répression toujours en cours au Nicaragua.
Amaya Coppens est venue en Belgique pour remercier ceux qui l’ont soutenue. Et dénoncer la répression toujours en cours au Nicaragua. - V.Kiesel

ENTRETIEN

En juin dernier, Amaya Coppens, étudiante en médecine belgo-nicaraguayenne de 24 ans, était libérée après avoir passé 9 mois en prison pour avoir manifesté contre le régime du président Daniel Ortega. De passage en Belgique elle a répondu à nos questions.

Après neuf mois de détention, comment allez-vous ?

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct