Le TAP se penche sur la demande de surveillance électronique de Michel Lelièvre

Michel Lelièvre en 2004
Michel Lelièvre en 2004 - EPA

Le tribunal de l’application des peines (TAP) examinera ce mardi à 11h30 la demande de surveillance électronique introduite par Michel Lelièvre. Il y a un an, le dossier avait été reporté, car celui qui fut complice de Marc Dutroux avait perdu le logement dans lequel il envisageait de s’installer. D’après son avocate Benjamine Bovy, le quadragénaire a un nouveau plan solide à défendre.

Le TAP siégera au sein de la prison d’Ittre, où est incarcéré Michel Lelièvre.

Associé à jamais dans l’esprit de la population à Marc Dutroux, avec lequel il a collaboré pour l’enlèvement de Sabine, Laetitia, An et Eefje, l’homme a été condamné en 2004 par la cour d’assises d’Arlon à 25 ans de prison pour association de malfaiteurs, enlèvement d’enfants, séquestration et trafic de drogue. Il n’a été jugé coupable ni de viols ni d’assassinats.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct