Pourquoi la potion du FMI a rendu l’Argentine malade

Pourquoi la potion du FMI a rendu l’Argentine malade

En 2015, en accédant à la présidence, Mauricio Macri promettait le changement aux Argentins. Quatre ans après, rien ne semble jamais pouvoir changer en Argentine. Le peso s’est effondré, l’économie est en récession profonde, le taux d’inflation dépasse 50 %. Le gouvernement a réinstauré le contrôle des capitaux et prolongé, unilatéralement, la maturité d’une partie de sa dette à court terme. Dix-huit ans après la terrible crise de 2001, le spectre de la cessation de paiement plane à nouveau. Et, après les « primaires » d’août, qui ont vu la victoire de l’opposition péroniste, il y a de grandes chances que M. Macri soit défait lors des élections présidentielles d’octobre.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct