Les ex-députés fédéraux se ruent vers les indemnités de sortie

Les ex-députés fédéraux se ruent vers les indemnités de sortie

Dans les trois mois après les élections, les ex-députés non réélus ou qui ne se sont pas représentés devant l’électeur ont la possibilité de demander à la Chambre (comme dans les autres assemblées d’ailleurs) une indemnité de départ. Celle-ci est calculée en fonction du nombre d’années passées au Parlement : chaque année sur les bancs parlementaires permet de percevoir deux mois de salaire en indemnité de sortie, avec un minimum de 4 mois et un maximum de 24 mois. Quatre à 24 mois durant lesquels l’ancien élu conserve donc à peu près l’équivalent de son ancien salaire. Un député qui a siégé une législature, soit 5 ans, mais ne siège plus continue ainsi à percevoir plus ou moins le même montant qu’avant durant 10 mois.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct