Quand une chercheuse infiltre les réseaux sociaux de l’extrême droite

Des leaders de l’AfD ont marché aux côtés de néonazis dans le cadre d’une marche funèbre organisée à Chemnitz en 2018
: «
La mobilisation des partis de droite à Chemnitz s’est faite de manière relativement spontanée.
»
Des leaders de l’AfD ont marché aux côtés de néonazis dans le cadre d’une marche funèbre organisée à Chemnitz en 2018 : « La mobilisation des partis de droite à Chemnitz s’est faite de manière relativement spontanée. » - Reuters

Pour Julia Ebner, 28 ans, chercheuse à l’Institute for Strategic Dialogue (ISD) de Londres, les technologies grâce auxquelles les groupements radicaux recrutent de nouveaux partisans sont des « machines de radicalisation ». D’après la chercheuse en extrémisme, les manifestations et émeutes d’extrême droite, comme celles qui se sont produites à Chemnitz en 2018 et à Charlottesville en 2017, ne sont que la partie visible d’un phénomène de plus grande ampleur.

La mobilisation aux extrémités politiques est souvent un processus qui se met en place en amont et dans le plus grand secret. C’est pourquoi pendant deux ans, elle a infiltré sous une fausse identité des plateformes en ligne anglophones et germanophones sur lesquelles des extrémistes de droite, mais également des populistes de droite, font part de leurs conceptions du monde.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct