Eddy Michel : « La violence de l'acte peut être proportionnelle à la violence de la rage ressentie »

Dans ce contexte, même une boutade peut refléter le projet de tuer.
Dans ce contexte, même une boutade peut refléter le projet de tuer. - belga.

Eddy Michel, qui comparaît aux assises de Liège pour l’assassinat de ses fils Jules (6) et Timothé (4), avait évoqué, à plusieurs reprises auprès de collègues enseignants, le fait de tuer ses enfants, lui-même et Madeleine, leur maman, qui avait décidé de le quitter. « Parce que sans famille, la vie n’a pas de sens », avait-il ajouté. Il aurait aussi parlé de « tuer les petits », auprès d’un collègue. « Tuer les petits », ce sont d’ailleurs trois mots qu’il a laissés dans une espèce de liste de choses à faire ; il s’agissait du premier point, qui avait été barré pour être remplacé par « mettre fin aux souffrances des enfants », les autres points consistant en la rédaction d’une lettre à destination de sa famille et en la publication d’un post sur Facebook pour insulter Madeleine.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct