Argent, famille, patrie: un programme ultraconservateur gagnant en Pologne

Jaroslaw Kaczynski, le président du parti Droit et Justice - PiS - en campagne à Stalowa Wola, au sud-est du pays
: les ultraconservateurs font la course en tête.
Jaroslaw Kaczynski, le président du parti Droit et Justice - PiS - en campagne à Stalowa Wola, au sud-est du pays : les ultraconservateurs font la course en tête. - Reuters

C’est encore loin d’un score de parti dictatorial, mais cela devrait leur suffire pour conforter leur domination sur la politique polonaise. Avec plus de 40 % des intentions de vote dans les sondages, les ultraconservateurs du parti PiS (Droit et justice) ont toutes les chances d’être reconduits au gouvernement à l’issue des élections parlementaires du 13 octobre prochain.

Malgré, ou peut-être grâce à une rhétorique très polarisante qui revendique le monopole du patriotisme contre une opposition accusée d’être à la solde de l’étranger, « notamment de l’Allemagne et de l’UE », le PiS, parvenu au terme de son premier mandat de quatre ans, n’a pratiquement pas subi l’usure du pouvoir. Au contraire, ses 45 % de voix recueillies lors des élections européennes de mai constituent même le meilleur résultat jamais enregistré par un parti en Pologne depuis 1989, année de la chute du communisme et du rétablissement de la démocratie.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct